Décès à la Présidence : Kasongo Mwema, porte-parole du Chef de l'Etat fixe l’opinion.

actu image

Face à la clameur publique suscitée par la série des décès enregistrés ces derniers temps à la Présidence de la République, le porte-parole du Chef de l’Etat s’est fait le devoir d’éclairer l’opinion à ce sujet.

 

Intervenant le 29 mai au journal télévisé sur la RTNC, Kasongo Mwema a balayé d’un revers de main la thèse d’empoisonnement à laquelle adhèrent, sans discernement, de nombreux congolais.  Pour lui, la Covid-19 est la seule cause de décès déplorés, jusque-là, à la Présidence. Il a dit comprendre le tollé que cette situation a crée dans l’opinion. Cela, a-t-il dit, ne pouvait en être autrement vu que la Présidence attire sur elle tous les regards et toutes les attentions en tant qu’institution-phare du pays.

 

Au-delà de l’émotion, Kasongo Mwema invite ses concitoyens à aiguiller leur intellect pour ne pas céder à certaines insinuations malveillantes véhiculées par les réseaux sociaux. A propos de l’hypothèse répandue d’empoisonnement des bureaux de la présidence, le porte-parole du Chef de l’Etat s’est voulu cartésien. « Quand cela a-t-il été fait, par qui et par quel moyen ? », s’est-il interrogé, préférant laisser aux scientifiques le soin de confirmer ou d’infirmer ces allégations. « Aucune preuve scientifique à ce jour n’indique que tous ces décès seraient le fait d’autre chose que la covid-19 », a-t-il renchérit.

 

Et d’ajouter que la Présidence a prit un train des mesures pour se mettre en phase avec l’évolution de la pandémie. Outre l’observance des mesures barrière, un portail de désinfection a été érigé à l’entrée des bureaux du Chef de l’Etat. La présence des personnes par services a été restreinte, sans oublier l’instauration des tests rapides et la possibilité envisagée de fonctionner en mode télétravail afin de parer à toute éventualité. 



Partager cet article


Les autres unes